Un Manoir certes ! Mais pas hanté !


Écrit par

Le 15 juin 2017

 

Quelle fut notre surprise quand nous avons découvert cette petite chauve-souris derrière le volet…

Cette habitante discrète et rarissime dans cette région se dénomme Barbastrelle.

La Barbastelle est une chauve-souris singulière.

 De taille moyenne, l’impression générale qu’elle donne est d’abord celle d’une masse très sombre, quasi-noire.

Sa face est plate, noire anthracite, tout comme les membranes alaires et les oreilles qui sont grandes et presque carrées.

Comme une coiffe, elles se rejoignent à la base du front et encerclent de petits yeux brillants. Les tragus sont triangulaires, bien visibles et dressés dans le cône de l’oreille. La bouche est toute petite. Observé à distance, le pelage très sombre semble noir mais vu de près, il s'avère long et dense avec des mèches dorsales claires, beiges à grises. Le ventre est gris sombre, couleur de cendre.

 

On la trouve dans les caves voûtées, les ouvrages militaires comme ceux du plateau de Langres où hibernent une centaine d’individus, les casemates, les ruines, les souterrains, les tunnels ferroviaires ou non, les ponts bien enterrés échappant au fort gel. Des individus isolés ou en petit nombre sont également découverts derrière les volets ou sous les écorces décollées des arbres.

Parfois une Barbastelle solitaire hiberne sur le lieu d’estivage d’une colonie entre deux poutres formant linteau.

Elle se loge presque toujours contre le bois, transformé ou non par l’homme, installée dans une étroiture qui la met à l’abri des prédateurs mais pas forcément des intempéries.

 

C'est une chasseuse de papillons nocturnes, d'où une prédatrice très intéressante sur les pyrales du buis, qui comme vous le savez peut-être attaque les buis du monde entier.

 

C’est donc une amie et partenaire de nos beaux Jardins !

 

 

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.