Comment réaliser vos massifs


Écrit par

Le 25 novembre 2016

Sud Ouest Le MagArticle publié dans Sud-Ouest Le Mag

CREATION DE MASSIFS

Voilà déjà plus de cinquante ans que nous avons créé à Eyrignac une multitude de massifs : de vivaces, arbustifs, saisonniers, de terre de bruyère, mixtes, de graminées, de rosiers, etc…

Avant même de concevoir les vôtres, il va falloir réfléchir à ce que vous souhaitez et une fois le choix fait, vous poser plusieurs questions : Où trouver le meilleur emplacement ? Près ou loin de la maison ? Quelle taille ? Le sol convient-il bien à ce que je désire planter ? L’exposition : ensoleillée, ombre, mi- ombre ? Plante unique ou plutôt mélange et contraste de formes, de couleurs ? terrain sec ou humide, acide, neutre ou calcaire ? Quelles plantes choisir ?...

Après avoir répondu à tout cela, prévoyez « un plan de plantation » pour définir ce que vous allez mettre, en quelle quantité et surtout en respectant bien « les distances de plantation » entre chaque plante. Si elles sont trop serrées, elles vont s’étouffer. A l’inverse, avec des plantes trop espacées,  votre massif paraitra bien pauvre et vous laisserez la place pour …les mauvaises herbes !

Vous allez pouvoir commencer à réaliser votre massif.

Après l’avoir tracé, travaillez votre sol en profondeur, d’autant plus profondément que les végétaux choisis seront grands. Le minimum pour des fleurs saisonnières est de trente centimètres soit « un fer de bêche » mais passe de suite à environ cinquante à soixante centimètres soit « deux fers de bêche » pour des arbustes. Voire un mètre pour des arbres !

Si vous aménagez « un lieu de vie » confortable pour vos végétaux et qu’ils sont ainsi leur aise, ils vous le rendront bien et pendant longtemps.

Souvent, même dans une terre moyenne, un apport de matière organique bien décomposée suffira.  Si elle est lourde, un peu de sable siliceux améliorera la structure et aidera les racines à descendre vers le fond. Pour les gros végétaux, vous pouvez faire « une fumure de fond » : décaissez à la profondeur désirée, mettez une bonne couche de fumier par exemple et rajoutez un peu de terre par-dessus pour que les racines ne soient pas en contact direct avec la fumure (afin d’éviter les brulures). C’est un travail pour l’avenir.

Une fois les plantations réalisées, prévoyez un arrosage correspondant à votre type de massif : goutte à goutte pour les arbustes, par aspersion pour les fleurs, en confectionnant des « cuvettes » de terre au pied de chaque gros végétal pour l’arroser copieusement à la plantation puis l’été suivant.

Sans oublier le fameux paillage aux multiples vertus : il gardera la fraicheur du sol, réduira son tassement, évitera les adventices, et nourrira, en se décomposant, les belles plantes de votre massif. Résultat garanti dont vous serez le concepteur et dont vous serez si fier. Bravo !

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.