Entretien d'un sous bois


Écrit par

Le 2 octobre 2016

Sud Ouest Le MagArticle publié dans Sud-Ouest Le Mag

Entretien d'un sous bois à Eyrignac

Jusqu’où peut-on maîtriser la nature, à quel point la main de l’homme peut-elle modifier notre environnement ?

A Eyrignac, dans un souci d’esthétisme et d’accueil, nous avons voulu apporter au sous-bois de chênes, situé à l’entrée du domaine, une petite « touche Eyrignacoise ». Simplicité et sobriété sur une surface de dix hectares, pour passer du sauvage au remarquable.

Voilà déjà quelques années que ce sous-bois a été nettoyé, débarrassé du bois mort et de ses broussailles, de ses vieilles souches et pierres qui étaient autant d’obstacles, que les branches de chênes ont été « remontées » à quatre, cinq mètres de haut, que le lierre couvrant les troncs a été retiré, que tous les arbres souffrants, disgracieux ou mal placés ont été supprimés pour ne garder que les plus beaux et laissant place, au sol, à un tapis de graminées en saison et à une litière dorée constituée des feuilles de chênes en hiver.

Depuis, chaque année, il est tondu de près au printemps, après la pousse de quelques orchidées et autres plantes herbacées sylvestres et surtout après la montée à graines des graminées sauvages, qui, de cette manière, pourront se pérenniser.

La répétition annuelle de ce fauchage a empêché la réimplantation d’une végétation indésirable et suivant la saison, il peut être tondu une deuxième fois en septembre octobre, avant la chute des feuilles.

Le lierre qui ne pense qu’à repousser est lui aussi suivi de très près. Seule la mousse accrochée à l’écorce est tolérée. Les branches mortes tombées au sol sont régulièrement ramassées.

L’effet est saisissant. Le sol, entretenu de près, comme j’aime, contraste avec la verticalité des troncs tortueux de nos vieux chênes. La couverture naturelle des arbres assure une ombre reposante et rafraîchissante, que viennent percer, çà et là, quelques rayons de soleil. Les jeux de lumière, suivant l’heure du jour, faisant le reste.

La petite route serpentant dans ce bel espace boisé, est embellie chaque année, de février à mai, de part et d’autre et sur des centaines de mètres, de plusieurs milliers de Narcisses « Trompette » blancs et jaunes, au beau milieu d’une nature renaissante. Et chaque automne, depuis près de vingt ans, des centaines sont replantés, faisant perdurer cette longue guirlande de lumière. Toujours les deux mêmes variétés : Mount Hood pour les blancs et Golden Harvest pour les jaunes. Une allée forestière fleurie, guidant le visiteur jusqu’à nos jardins, au centre du domaine.

A l’automne, les champignons, bons ou moins bons, bien visibles et à leur aise dans cet espace dégagé, viendront étoffer et embaumer l’endroit.

La faune y sera plus facilement remarquable et quel bonheur de voir gambader, des potron-minet, cerfs, biches, chevreuils, sangliers et autres gibiers de nos forêts dans ce lieu impeccable.

Simplicité et sobriété, rien d’autre. Tout le travail nécessaire à cette réalisation ne doit pas transparaître mais sembler naturel. La première impression en entrant sur le domaine est primordiale et la dernière tout autant !

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.