Les secrets du paillage


Écrit par

Le 23 juillet 2016

Article publié dans Sud-Ouest Le Mag Sud Ouest Le Mag

Je suis quelqu'un de très méticuleux et j'avoue qu'à Eyrignac nous utilisons peu le paillage, uniquement au potager. Je préfère le sarclage, le désherbage manuel qui demandent patience et passion. J'aime voir la terre travaillée et pour cela, il faut du personnel : nous l'avons. Il faut du temps : nous le prenons. Afin de montrer tout le travail que nécessite un jardin comme Eyrignac, dans l'amour du travail bien fait et des règles de l'art respectées.

Cependant, cher ami jardinier, vous êtes seul face à votre jardin. A une époque où bio, gain de temps, respect de l'eau et de la terre, arrêt des pesticides sont enfin d'actualité, quoi de plus logique, naturel et efficace que de revenir à ces méthodes ancestrales qui n'ont plus rien à prouver comme le paillage !
Le bon sens est la botte secrète du jardinier heureux et je vais vous en révéler les bienfaits.
Le paillage appelé aussi « mulch » existe sous diverses formes. Il peut être décoratif, coloré, minéral, artificiel...mais celui qui nous intéresse est le naturel et surtout le paillage nutritif, celui qui formera de l'humus en se décomposant.
Cela peut être des déchets de tonte, de la paille, des feuilles mortes, des

écorces de pin, du BRF (bois raméal fragmenté), des fougères, orties, algues, lin, chanvre, fèves de cacao, etc...
Vous le disposerez sur au moins 5 cm pour qu'il soit efficace.
Moins d'évaporation, vous économiserez de l'eau car si 1 binage vaut 2 arrosages un paillage en vaut 10 !!
Votre sol se tassera moins et gardera sa fraîcheur beaucoup plus longtemps.
Il allège les sols lourds argileux et augmente la rétention des sols légers sableux.
Beaucoup moins de désherbage ou d'herbicides car les adventices auront du mal à franchir cette barrière.
Les racines de surfaces ne seront plus grillées par le soleil et il évitera aussi l'érosion de votre terre.
La vie microbienne de votre sol s'en trouvera revigorée.
Il permet le recyclage dans votre jardin de vos débris végétaux.
Il protégera la terre du réchauffement l'été et du froid l'hiver. Il faudra cependant, au potager, le retirer au printemps pour que le sol se réchauffe le temps des semis. Dès que les jeunes plantes auront forci, vous pourrez le remettre en place.
Il favorisera le bon développement des mycéliums (champignons) et de la vie, indispensables dans tout bon sol qui se respecte.
En libérant ses éléments nutritifs, il ne brulera pas les racines contrairement aux engrais chimiques.
Chaque hiver, enfouissez-le en surface ce qui favorisera la texture du sol et remettez-en une nouvelle couche l'année suivante. Vous pourrez toujours travailler le sol avec une « grelinette » si nécessaire et surtout, adieu bêchages fastidieux et rebutants !
Moins d'arrosage, moins de désherbant, moins d'engrais, gain de temps, amélioration du sol, économique et biologique. Après tout cela, trouvez donc seulement une seule bonne raison de ne pas l'utiliser ... et ce sans modération !

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.